Tradition fromagère de la Savoie

La Raclette de Savoie s’est développée au cœur d’une région forgée par une longue tradition fromagère.

Dans les Alpes, et tout particulièrement dans les Pays de Savoie, les hommes doivent faire face à des contraintes climatiques fortes et à un relief qui impose une agriculture montagnarde. Dès que les pâturages sont libérés par la fonte des neiges, à la fin du printemps, les troupeaux vont paître dans les alpages : pendant près de quatre mois, dévorant fleurs de prairie et herbes nouvelles, les vaches produisent un lait riche en arômes et onctueux à souhait.

Par souci de conservation mais aussi pour une consommation tout au long de l’année, les paysans se sont lancés dans la fabrication de fromages à pâte pressée. La plupart de ces fromages offre l’avantage de résister au transport et a donc rapidement favorisé le commerce avec les régions de plaine. 

Rassemblés en coopérative à partir du milieu du XIXème siècle, les paysans engagent des fruitiers  d’origine suisse et adoptent progressivement de nouvelles techniques de travail du lait : c’est ainsi que fut introduite au début du XXème siècle la fabrication de l’emmental.

L’histoire de la Raclette de Savoie est d’ailleurs particulièrement liée à celle de la tomme et de l’emmental de Savoie puisque les trois sont fabriqués à partir de la même collecte de lait en plaine et en moyenne montagne. De par sa taille moyenne, c’est tout naturellement qu’elle est venue compléter les autres fromages savoyards.

Moyen-Age XXème siècle